Théatre

NAISSANCE (S)

Publié le Mis à jour le

17 Mai 2013 à 20H30

Solo noir pour clown rouge (tout public)
Création 2012
Interprétation David LUCAS
Mise en scène Christophe VIGNAL

Image

Naissance(s) est un spectacle sans parole, autonome et tout public.
Tout est bruité avec la voix, et l’accordéon accompagne de temps en temps
cette histoire humaine où le public passe du rire aux larmes avec les frasques
du clown proches des cartoons de Tex Avery.
L’univers est poétique mais très actuel, et le décalage du personnage laisse
place à l’imaginaire de chacun ; d’autant plus que le décor se compose en
tout et pour tout d’un tabouret.
Au niveau pédagogique, l’idée est d’aborder des thèmes forts et parfois
tabous (les relations familiales, la sexualité, la solitude, le rapport à l’argent,
la différence…), et de les exprimer avec pour tout langage celui du corps et
des émotions, afin qu’ils soient compris par toutes et tous : les enfants
comme les adultes, quel que soit la culture d’origine.
De plus, ils sont traités avec le recul et le décalage que le clown et le rire
amènent.

« La Place Rouge » dernières représentations

Publié le

Créée en 2011 par la Zoubadour Compagnie, 

les comédiens vous invitent à découvrir (ou à revoir)

les deux dernières représentations de « La Place Rouge »

le 5 avril à 20h30
Portes de la Fontaine
2 rue Bertrand de Born
(place Belfort)

le 28 mars à 20h30
Le Hangar,
8 rue Bagnolet
(la Cépière)

la-place-rouge-simple

Il y a Josette qui n’aime pas les crevettes, Peter qui « adore l’humour », Frida qui ne prend jamais le métro et Stéphanie qui n’a pas de surnom…13 personnages que l’on rencontre de façon anodine à l’endroit où l’on ne s’y attendait pas et puis que l’on recroise à l’endroit où l’on s’y attendait encore moins.

Comme un jeu de poupées russes, chaque petite histoire écrit la grande histoire: celle de la vie ordinaire où un couple se sépare, deux sœurs se perdent de vue, des amis se retrouvent 15 ans après pour des obsèques, une fille et une mère se disent ce qu’elles ont mis tant de temps à ne jamais se dire… Sur le ton de la comédie douce-amère.